EXPATRIES, COMMENT DÉVELOPPER VOTRE PATRIMOINE ?


Expatriés, comment développer votre patrimoine ?


 

 

L'expatriation ne doit pas être un frein au développement de son patrimoine, au contraire ; au vu des rémunérations versées aux expatriés, qui sont généralement importantes, elle peut être un moteur.

 

L'enrichissement patrimonial nécessite de se poser les bonnes questions quant à notre aversion pour le risque, nos horizons et objectifs de placements.

 

Il existe de nombreux produits de placement, qu'ils soient matérialisés (immobilier) ou non (actifs financiers, immobilier papier...). Il est important de noter qu'il n'y a pas de bons ou mauvais investissements, chaque produit à ses points forts et ses faiblesses et l'arbitrage est subjectif.

 

En revanche, la diversification est indispensable à la pérennisation de son patrimoine puisqu'elle permet de réduire les risques.

 

Passons maintenant à une présentation succinctes des principaux types d'investissements :

 

 

  • L'immobilier, un grand pas dans le développement de son patrimoine

L'investissement immobilier doit être l'un des plus connus et est fréquemment plébiscité. Il constitue bien souvent le socle du développement patrimonial et trouve sa place jusque dans l'affect des investisseurs.

 

La majorité des expatriés s'orientent vers cet actif qui leur permet d'anticiper leur retour d'expatriation avec un bien mis en location ou non qui pourra servir de résidence principale.

L'acquisition d'une résidence locative permet de dégager des revenus fonciers. Attention cependant à bien se renseigner sur la fiscalité de ces revenus.

 

Dans un objectif de mise en location, un bien de petite surface, en centre ville, ou dans un quartier étudiant, sera une bonne cible.

 

Il est également important de s'interroger sur le mode de gestion du bien parce qu'un expatrié est par définition peu présent sur le territoire français et aura donc peu de temps à consacrer à l'administration du bien.

 

Pour se libérer de cette contrainte de gestion, un expatrié a trois solutions : confier la gestion de son bien à une agence immobilière, investir dans des résidences de services (résidences seniors, résidences de tourisme, résidences étudiantes), investir dans de l'immobilier papier.

 

 

  • Les résidences de services, l'option « all inclusive » ?

Une résidence de services est un établissement proposant à ses résidents au moins 3 services (accueil, service de restauration, renouvellement du linge de chambre …). Comme énoncé plus haut, ces résidences sont catégorisées en différents secteurs (seniors, tourisme, étudiants).

La France manque actuellement de ces infrastructures, en effet, la demande a considérablement augmentée avec l'accroissement de la durée du parcours scolaire des français, ainsi qu'avec l'allongement de l'espérance de vie.

 

Les résidences seniors sont d'autant plus touchées que la génération des baby-boomers a atteint l'âge de la retraite.

 

Investir en résidence de services est avantageux pour un expatrié, en effet, l'investissement présente un attrait grâce à un bail commercial. Celui-ci lie l'investisseur et la résidence durant toute la durée de mise en location. Il sera alors entendu que les différentes charges (travaux, impôts ou encore entretien du bien) seront assumées par la résidence. La sélection des résidents sera également l'activité de la résidence.

 

L'investisseur est alors totalement libéré de la contrainte administrative et aura possibilité de se retourner contre le gestionnaire en cas de manquement à l'un des points du bail commercial.

 

Il existe des gestionnaires compétents et reconnus dans le secteur avec lesquels il sera bon de s'associer pour limiter le risque de contentieux.

 

Un autre atout de la résidence de services est la catégorisation des revenus générés en BIC (Bénéfices industriels et commerciaux) qui permet une déduction de la totalité des charges. Cela permet de réduire considérablement la fiscalité des loyers perçus, voire même de l'annuler.

 

La revente, quant à elle, est simplifiée par rapport à l'immobilier traditionnel parce qu'il n'est nul besoin de recourir à un agent immobilier classique, très souvent le gestionnaire pourra racheter le bien, ou un gestionnaire de patrimoine se chargera de trouver un acquéreur parmi son réseau d'investisseurs.

 

 

  • L'immobilier papier, pourquoi acheter des parts de SCPI ?

Une SCPI (Société Civile de Placements Immobiliers) est un établissement qui a pour vocation d'acquérir des biens immobiliers (murs de commerce, bureaux...) pour les mettre en location. La particularité est que cette société est divisée en parts que l'investisseur peut acquérir (c'est ce que l'on appelle l'immobilier papier).

 

Il est important de noter que ces parts, contrairement à des actions, ne sont pas cotées en bourse.

 

Cet investissement est accessible dès 5 000€ et permet à un expatrié de diversifier son patrimoine tout en échappant aux contraintes de gestion administrative.

 

En effet, ce support est très souple, l'investisseur ne supporte aucune charge (travaux, taxes, recherche de locataires...) et l'acquisition n'implique pas de passage chez le notaire.

L'administration du parc immobilier sera réalisée par la SCPI dont c'est le cœur de métier.

On retrouve donc les avantages de l'immobilier sans les contraintes.

 

Chaque année, le portefeuille sera revalorisé. Généralement, on note une hausse de 1% par an ; des plus-values seront donc à attendre à la revente du portefeuille.

 

L'investisseur expatrié souhaitant revendre ses parts pourra le faire simplement et rapidement, il lui suffira d'envoyer un courrier en recommandé à la SCPI en précisant la quantité qu'il souhaite revendre. Une fois la réception notifiée, dans un délai de 1 à 2 mois, l'investisseur recevra un virement de la valeur des parts vendues.

 

 

  • L'assurance-vie, le contrat gagnant pour diversifier ?

Un contrat d'assurance-vie lie un souscripteur et une compagnie d'assurance.

Le souscripteur fait des versements (libres ou programmés) qui seront répartis en deux catégories : fonds euros (sécurisé mais de faible rendement) et unités de compte (rendement plus important mais présence d'un risque de fluctuation ). Au décès du souscripteur, l'assureur s'engage à verser au(x) bénéficiaire(s) le capital et les intérêts acquis pendant la durée de vie du contrat.

 

Le principal avantage du contrat d'assurance-vie est sa fiscalité allégée. Ce placement correspond donc bien avec des objectifs de transmission ou de préparation de retraite puisque des retraits (appelés rachats) peuvent être faits sur le montant du contrat avec une fiscalité très faible. Ce mécanisme assure la liquidité du support.

 

Il s'agit alors d'une réelle alternative au Livret A et LDD et leur faible rendement.

 

L'assurance-vie, tel le couteau suisse de la gestion de patrimoine, répondra à différents objectifs et un expatrié appréciera sa polyvalence.

 

 

Lewis Mauconduit

Conseil en Gestion de Patrimoine

www.astucesimmo.fr

 

 

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0